Histoire du Télégraphe Chappe - Chappe

Aller au contenu

Histoire du Télégraphe Chappe

La France fut le premier pays au monde à posséder un réseau télégraphique dès la fin du XVlll siècle, grâce à l'invention de Claude Chappe.
Cet ancien abbé commandataire ayant perdu ses bénéfices après la nuit du 4 août, met sa science au service de la patrie. Il propose à l'assemblée législative, un modèle de télégraphe à bras, permettant de transmettre des signaux géométriques, à une distance de 15 kilomètres environ.

Grandeur et servitude militaires

Les difficultés que rencontrent les gouvernements républicains pour garder de bons contacts avec les frontières, incitent la Convention à adopter le nouveau système de transmission.

Le 26 juillet 1793, le principe de la construction de la ligne Paris-Lille est adopté. Cette ligne est mise en service après des difficultés de tous genres, un an après, le 16 juillet 1794.

Grâce au télégraphe, la nouvelle le la reddition du Quesnoy par les Autrichiens et la prise de Condé par les armées de la république en août 1794, peuvent être connues de la Convention en des temps records.
C'est un bon point pour Claude Chappe qui a fait appeler auprès de lui ses quatre frères, afin d'améliorer l’organisation du télégraphe naissant.

La Convention décide alors de mettre en chantier une seconde ligne Paris-Landau, par Metz, dont les travaux débutent en 1794. Mais l’argent manque et peu à peu le chantier se ferme.
Le projet d'une ligne Paris-Strasbourg (on abandonne  en effet le prolongement sur Landau) est-il définitivement enterré ? Non, car en 1797, un congrès de la Paix se réunit à Rastatt, petite ville du Pays de Bade proche de Strasbourg ; le Directoire veut être tenu au courant des négociations menées par ses plénipotentiaires.

Les travaux de la ligne Paris-Strasbourg reprennent donc en novembre 1797. C'est le plus jeune frère Chappe, Abraham, qui est chargé de surveiller la mise en place des installations en Alsace. Il arrive à Strasbourg le 3 janvier 1798. Le 5 février, la station terminus qui vient d'être installée au-dessus du chœur de la cathédrale, est en état de fonctionnement. La mise en service de la nouvelle ligne a lieu le 31 mai 1798.

En 1799, une seconde ligne de télégraphe aérien relie Strasbourg à Huningue en empruntant la vallée du Rhin. Il s'agit d'une ligne « stratégique » destinée à transmettre les nouvelles en provenance des armées opérant en Suisse et Italie du Nord. Cette ligne est abandonnée fin 1800 ; la ligne Paris-Strasbourg est fermée à son tour, en septembre 1802. Le premier consul ne voyant pas son utilité, a décidé sa suppression dans un but d'économie.
Mais Bonaparte organise sur ces entrefaites un énorme camp militaire à Boulogne pour attaquer l'Angleterre ; le télégraphe, de ce fait, reprend tout son intérêt. La ligne Paris-Lille est remise en service en février 1803. Par contagion, la ligne Paris-Strasbourg retrouve vie fin octobre1803.

Il faut éviter qu'une nouvelle vacance dans les activités militaires remette en question le réseau Chappe. Les frères s'ingénient alors à créer des utilisations nouvelles à leur invention ; ils imaginent une sorte d'agence de presse permettant de créer une « banque d'informations centrale » (refusée par Bonaparte) ; puis ils proposent la transmission des résultats de la loterie nationale qui a été établie depuis 1797. Le futur empereur qui fait créer des « roues de fortune » un peu partout dans ses nouvelles conquêtes accepte, car il ne voit pas d'un mauvais œil l'augmentation du rendement de ces roues grâce à la transmission télégraphique des numéros gagnants.

Un instrument politique

Le télégraphe Chappe prend alors de l'extension ; après la ligne Paris-Brest gérée par le ministère de la marine, il est question d'une ligne Paris-Lyon dont on envisage la prolongation par-dessus les Alpes jusqu'à Turin et même Venise.
Claude commence l'étude de la nouvelle ligne. Mais ces efforts incessants ruinent sa santé et le 23 janvier 1805, à l'âge de 42 ans, il se donne la mort en se jetant dans un puits. C'est son frère, Ignace, l'aîné de la famille, qui reprend le flambeau et la ligne Paris-Venise est mise en service.
En 1809, Napoléon prépare sa campagne contre l'Autriche en utilisant intensément la ligne Paris-Strasbourg. Les alliés en 1814 s'en rappelleront qui, à l'occasion de leur progression en territoire français, mettront hors service toutes les stations Chappe qu'ils rencontrent sur leur passage.
Avec la chute de l'Empire, on assiste à un recul général du réseau Chappe qui abandonne toutes les stations situées en dehors du territoire national : au nord, la ligne joignant Anvers et Amsterdam à l'Est, la ligne Metz-Mayence ; au sud, la ligne d'Italie du Nord. Mais la ligne Paris-Lyon, amputée de sa partie italienne, est prolongée jusqu'à Toulon sous la Restauration. En 1823, Ignace se retire et laisse la place à Abraham.

En 1830, la révolution de juillet écarte définitivement la famille Chappe de la gestion de son « invention ».
Alphonse Foy devient administrateur des télégraphes, en mai 1831. Sous son règne, le réseau ancien français connaîtra son développement le plus grand : huit lignes principales en service, comportant environ 550 stations s'échelonnant sur un réseau de 4 000 kilomètres de long.

Le télégraphe aérien est devenu in instrument politique : préfets et commissaires de police reçoivent grâce à lui des instructions qui déclenchent des réactions rapides. Dans l'autre sens, les agents du gouvernement peuvent avertir le pouvoir de tous mouvements séditieux, dans les meilleurs délais. Lorsqu’en 1836, le prince Napoléon essaie de soulever la garnison de Strasbourg, c’est par télégraphe que Paris est  avisé de l'événement.

Le dernier vestige

Mais le télégraphe aérien présente un gros défaut: il ne peut fonctionner la nuit. Aussi de nombreux inventeurs essaient de mettre au point des lanternes permettant de l'utiliser vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Le contre-amiral Saint-Haouen fera des essais entre Paris et Tours en 1822. Sans succès. En 1839, le docteur Guyot présente un nouveau système qui est adopté par l'Administration. Cette amélioration venait un peu tard car dès 1837, un peintre américain Samuel Morse avait déposé un brevet pour un télégraphe électrique. Son succès avait été médiocre mais l'année d'après un Anglais, Weatstone, avait mis en service un télégraphe électrique à aiguille qui, lui, est une réussite. Les heures du télégraphe aérien sont donc comptées.
En 1844 une ligne de télégraphe électrique est mise en service entre Paris et Rouen. Au fur et à mesure que les lignes de chemin de fer se développent, de nouveaux poteaux sont plantés sur leurs emprises et des lignes télégraphiques sont ouvertes. En juillet 1852, le télégraphe électrique relie Paris à Strasbourg. La ligne de télégraphe Chappe est donc fermée.

Cette même année une loi met le télégraphe à la disposition du public : après une utilisation exclusivement étatique (militaire ou politique), le télégraphe entame une nouvelle carrière, foudroyante d'ailleurs : il devient un outil économique et commercial de premier plan.

Les appareils Chappe furent retirés des stations fermées et les bâtiments tombèrent doucement en ruine. A Saverne, au pied du Château du Haut-Barr, ne subsistait à l'emplacement de la tour, qu'un tumulus de grosses pierres.
En 1962, l'Association « Les Amis de l'Histoire des PTT d'Alsace », entreprit des fouilles qui conduisirent à la reconstitution de la station en 1968. Cette installation Chappe fonctionne actuellement.
Retourner au contenu